Related Terms
No items found.
Related Content
No items found.
Summary
Book a call

Les prix des quotas carbone européens (EUA) en 2023

Carbon Markets: Finance

Les prix du marché des EUA sont restés relativement stables en 2023 (malgré une baisse vers la fin de l’année). Quels sont les facteurs à prendre en compte quant au prix du carbone en 2024?

Les prix des quotas carbone européens (EUA) en 2023
Return to Blog
Sommaire
Book a call

En octobre 2023, les prix des EUA sont restés dans la même fourchette qu'au début de l'année (83,3 € le 1er janvier, 80,84 € le 1er octobre). Ceci est inhabituel pour un actif qui a eu un taux de croissance annuel moyen de 30 % entre 2012 et 2022.

- Sur la période 2018 - 2020, les prix ont été multipliés par 4,4x (7,77 € à 32,04 €)

- En 2021, les prix ont été multipliés par 2,4x (33,54€ à 79,61€)

- En 2022, l'écart entre les points les plus bas et les plus hauts avait un facteur de 1,7 (57,92€ et 97,58€)

Les principaux facteurs ayant une incidence sur les prix des EUA dans les derniers mois de 2023 sont la dynamique du marché de l’énergie. L’autre facteur sont les décisions réglementaires affectant l’offre du marché.

  

Le marché énergétique européen et les prix du carbone

1. La fin du gaz russe bon marché

Il y a eu une diminution massive et soudaine de l’approvisionnement en gaz à cause de la guerre en Ukraine. La Commission européenne a imposé des réductions drastiques des importations russes (⅔ initialement avec un objectif final d’élimination totale d’ici 2027). L’économie européenne dépendait beaucoup de ces ressources. Environ 50 % des importations de gaz naturel vers l’Allemagne et l’Italie provenaient de Russie, et plus de 75 % de la Bulgarie, de la Hongrie et de l’Autriche. 

2. Décélération macroéconomique et réduction de l’activité

Certains producteurs d’électricité et industries manufacturières ne pouvaient pas supporter les coûts énergétiques élevés dus à la réduction de l’offre. En seulement 2 mois, au cours de l’été 2022, les prix du gaz ont été multipliés par plus de 4. À cela s’ajoutent un environnement inflationniste sévère et un ralentissement économique général. Cette production industrielle réduite en raison de la hausse des prix et la réduction de la demande due à l'inflation sont survenues en même temps qu'un hiver inhabituellement chaud avec des besoins de chauffage limités.

La combinaison de ces facteurs a conduit à moins d’émissions de CO2, et donc à une demande d’EUA plus faible.

3. Un nouveau mix énergétique

Les panneaux et composants solaires chinois étaient beaucoup moins chers en 2022, aidant l’Europe à ajouter 41 gigawatts de capacité solaire au cours de l’année. Au total, la capacité d’énergie renouvelable a augmenté de 8 % en 2023.
La production d’énergie éolienne et hydroélectrique a également été forte en 2023, augmentant respectivement de 6 % et 11 %, avec des précipitations plus élevées que les années précédentes.

Finalement, le retour à pleine capacité de la production nucléaire française a compensé le démantèlement des installations nucléaires allemandes. L’effet net a été une production nucléaire stable en Europe. Les énergies plus vertes émettent moins de carbone et nécessitent donc l’achat de moins d’EUA.

4. Une plus grande offre de quotas carbone (EUA)

Il existe un risque que les industries soient tentées d’opter pour des sources d’énergie moins chères et plus polluantes. Quand le gaz devient trop cher, les industriels passent souvent à une production avec du charbon et prodiusent plus de CO2. Les gouvernements ont jugé crucial d’intervenir par le biais de programmes de financement pour aider les producteurs à faire face à l’important choc énergétique. Le plan REpowerEU a été conçu pour réduire la dépendance aux carburants russes. Il a augmenté l’offre pour 2023 – 16, 21 millions d’EUA ont été « prises des budgets futurs » pour être injectées en 2023 et 2024. Cela signifie qu’ils devaient initialement être mis aux enchères dans les années à venir. Cependant, l'urgence de la crise politique a poussé la Commission européenne à les publier plus tôt (le budget total restant inchangé au fil du temps).

L’objectif est de permettre aux industries de répondre plus facilement à leurs besoins de production (émissions de CO2 et restitution de quotas) sans être mises en péril par les prix élevés du carbone.

 

Un sentiment optimiste pour la fin de 2024

1. La fin du flou

2024 sera une année importante pour le système européen d’échange de quotas d’émission d’un point de vue réglementaire. Pour l’instant, les régulateurs ont fixé des objectifs environnementaux clairs pour 2030 et 2050, en utilisant l’EU ETS comme outil. Le « Fit for 55 » vise à réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Le principal objectif final est d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Néanmoins, l’étape de 2040 reste floue en termes de principaux instruments de marché et de volumes d’approvisionnement.

Au premier trimestre 2024, une communication officielle de la Commission annoncera comment maintenir les objectifs environnementaux ambitieux tout en préservant une économie fonctionnelle.

2. Une réduction substantielle de l’offre

L'UE fixe une limite à la quantité d'émissions de CO2 pouvant être produite. Ce « cap » correspond au nombre d’EUA libérés chaque année. Il est fondamentalement construit de telle manière que l'émission de quotas diminue avec le temps. Actuellement, chaque année, la quantité maximale d'EUA pouvant être fournie est réduite de 43 millions. À partir de 2024, cette réduction sera étendue à 84 millions pour accélérer le chemin vers l’objectif environnemental final. À cela s’ajoutera une réduction ponctuelle et forfaitaire en 2024 : un « rebasement » de 90 millions de quotas. Cette réduction ponctuelle a été jugée nécessaire par les décideurs politiques lors de la définition des objectifs climatiques les plus ambitieux du plan « Fit-for-55 ».

3. Moins de besoins en mécanismes d’ajustement

La réserve de stabilité du marché est l'un des principaux outils d'ajustement utilisés par la Commission européenne. Si plus de quotas sont libérés que nécessaire, le MSR « absorbe » les volumes excédentaires. A l’inverse, en cas de pénurie insuffisante, il libère les EUA nécessaires pour supprimer la disproportion. À mesure que le marché se rapproche de l’équilibre entre la demande et l’offre, il n’aura plus besoin de tels instruments. Il existe un « seuil de déséquilibre » en dessous duquel le MSR se rapproche de sa phase finale de dormance. Cette « zone tampon » devrait être atteinte en 2024. Les analystes estiment que l'excédent de quotas tombera en dessous de 1 096 Mt, qui est le seuil clé. À mesure que le marché gagne en maturité et en stabilité, l’intervention réglementaire devient moins cruciale.

4. Expansion du marché

En 2024, le marché s’étendra au transport maritime, couvrant dans un premier temps environ les deux tiers des émissions du secteur (90 millions de tonnes de CO2). Les quotas gratuits pour les activités aériennes seront réduits de 25 %. Et la mise en œuvre du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières encouragera les entreprises étrangères à acheter des EUA pour couvrir le risque futur lié au prix du carbone.

 

Même si les prix ont stagné en 2023, ils devraient augmenter à la fin de 2024 en raison de la diminution de l’offre et des mises à jour réglementaires.

Start your journey
Become a carbon investor

You might also like