Related Terms
No items found.
Related Content
No items found.
Summary
Book a call

L’appréciation des prix des quotas de l’EU ETS à l’avenir : avis d’experts

Carbon Markets: Finance

Les quotas carbone de l’EU ETS sont conçus pour une appréciation des prix. Découvrez comment les régulateurs ont conçu un actif financier pour réduire les émissions de carbone, ainsi que ce que les analystes et les académiques prévoient pour les prix des quotas de CO2.

L’appréciation des prix des quotas de l’EU ETS à l’avenir : avis d’experts
Return to Blog
Sommaire
Book a call

Les quotas carbone de l’EU ETS sont conçus pour l’appréciation des prix. Tout comme d’autres actifs financiers traditionnels, les prix du carbone sont déterminés par l’intersection de l’offre et de la demande. Lorsque l’offre diminue, les prix augmentent. Cependant, contrairement à d’autres actifs financiers typiques, l’offre d’EUA diminue structurellement au fil du temps. De plus, la tarification du carbone (SEQE-UE ou EU ETS) est un instrument politique ; les régulateurs doivent inciter les industries à réduire leurs émissions de carbone. L’objectif final est de rendre les technologies de décarbonation plus rentables pour les industriels par rapport à leurs dépenses liées à l’achat d’EUA. Enfin, le monde académique s’est penché sur le calcul du coût social du carbone. Les chercheurs quantifient les dommages économiques infligés par chaque tonne de carbone rejetée dans l’économie. Ils soutiennent que le coût social réel du carbone dépasse largement les niveaux de prix des quotas de carbone en vigueur dans l’EU ETS, allant de 170 à 300 euros dans certains modèles, certaines estimations s’élèvent même jusqu’à 3 000 euros en fonction des modèles utilisés.

  • Comment le prix des quotas carbone reflètent-t-il les dynamiques des marchés financiers ?
  • Pourquoi les prix des quotas carbone ont-ils augmenté dans le passé?
  • De combien doivent augmenter les prix des quotas carbone selon les représentants institutionnels ?
  • De combien doivent augmenter les prix des quotas carbone selon les représentants académiques ?

Comment le prix des quotas carbone reflètent-t-il les dynamiques des marchés financiers ?

Les prix ​​des quotas carbone et la macroéconomie européenne

Les lois de l'offre et de la demande résultent de l'interaction entre la quantité d'un bien disponible sur le marché et la demande pour celui-ci. Selon ces lois, lorsque l’offre d’un bien diminue alors que la demande reste constante (ou qu’elle augmente), le prix d’équilibre augmente. En effet, une offre réduite crée une pénurie, incitant les acheteurs à rivaliser pour une quantité disponible limitée, faisant ainsi monter les prix.

Pourquoi donner un prix au carbone? 

L’objectif principal de donner un prix au carbone par des quotas est d’inciter les industries à réduire leurs émissions de carbone en introduisant une motivation financière à décarboner. En augmentant le coût associé à l’émission de carbone, l’UE vise à encourager les entreprises à investir dans des technologies “plus propres”. Ainsi, des prix du carbone plus élevés reflètent une politique environnementale plus efficace, car ils favorisent l’adoption d’alternatives plus vertes et contribuent à atténuer le changement climatique.

Les prix du CO2 sont conçus pour s’apprécier

Pour améliorer l’efficacité de l’EU ETS dans la réalisation de ses objectifs environnementaux, les décideurs politiques ont conçu le système pour garantir que les prix de l’EU ETS s’apprécient au fil du temps. Cela implique de réduire progressivement l’offre de quotas carbone EU ETS, en s’alignant sur les principes de dynamique de l’offre et de la demande que nous avons évoqués ci-dessus. En limitant la disponibilité des quotas, les régulateurs visent à induire une augmentation constante des prix, incitant ainsi les industries à donner la priorité aux réductions d’émissions et à investir dans des pratiques durables.

Pourquoi les prix des quotas carbone ont-ils augmenté dans le passé?

Comment la diminution de l’offre impacte les prix des quotas carbone

Depuis la création de l’EU ETS, l’offre de quotas de carbone européens (EUA) n’a cessé de diminuer. Après la fin des phases d'introduction et le début de la troisième phase du dispositif en 2013, le “cap” (ou le budget carbone total disponible pour l’activité industrielle Européenne) a été fixé à 2 084 milliards de quotas. Toutefois, ce “cap” n’a cessé de diminuer au fil des années, pour atteindre 1 386 milliards de quotas en 2024. Chaque année, le “cap” est réduit par un facteur décidé en avance. Le taux actuel de réduction est de 4,3 % par an, avec une nouvelle augmentation pour atteindre 4,4 % après 2028.

Les prix des quotas carbone ont augmenté

Les prix des quotas carbone sont influencés par une multiplicité de facteurs, mais l’un des principaux éléments introduisant une pression à la hausse sur les prix a été la diminution de l’offre. Au début de la phase 3 de l'EU ETS en 2013, les prix des EUA se maintenaient à des niveaux inférieurs à 5 EUR. Cependant, au fil du temps, ils ont connu une tendance progressive à la hausse, comme le montre ci-dessous :

De combien doivent augmenter les prix des quotas carbone selon les représentants institutionnels ?

La hausse des prix des quotas, un outil politique réussi

Comme souligné précédemment, des prix élevés du carbone incitent les industries à réduire leurs niveaux d’émissions de carbone. La décarbonisation aide l'UE à se rapprocher de ses objectifs climatiques et cela signifie que les régulateurs respectent leurs promesses environnementales. Ainsi, des prix plus élevés des quotas carbone entraînent non seulement des progrès environnementaux, mais confirment également la légitimité et l’efficacité des décisions réglementaires. En d’autres termes, un système d’échange de quotas d'émissions réussi est celui où les prix sont élevés.

Quels niveaux les gouvernements souhaitent-ils pour les prix des quotas de CO2 ?

Les régulateurs sont habilités à introduire des réformes de stabilisation du marché dans le cadre du SEQE-UE, visant à rendre les niveaux de prix plus efficaces. Certains objectifs concrets de prix ont été mentionnés à cet égard dans le passé, notamment un prix de 140 euros à atteindre d'ici 2030, comme mentionné par la Banque centrale européenne. De plus, le gouvernement français a évoqué un prix d'au moins 100 euros d'ici 2030 dans une de ses communications. Cependant, pour maintenir l’intégrité du marché et éviter de perturber le libre marché, les gouvernements s’abstiennent d’être trop explicites et de fixer des objectifs de prix spécifiques à atteindre pour les EUA.

Les prix ​​des quotas carbone et les institutions internationales 

Les organisations internationales et les ONG disposent d’équipes d’experts qui fournissent des recommandations sur la tarification du carbone. Ces rapports sont souvent utilisés comme lignes directrices pour les décideurs politiques et les régulateurs. Dans ce contexte, on peut citer des chiffres comme un prix de 120 euros à atteindre d'ici 2030 proposé dans un document de l'OCDE, 160 EUR par la Banque mondiale, 190 EUR par le EPA, et 220 EUR dans un des rapports du GIEC.

De combien doivent augmenter les prix des quotas carbone selon les représentants académiques ?

Le coût social du carbone et les prix du carbone dans le monde académique

Plusieurs articles universitaires se sont concentrés sur la quantification du coût social du carbone, qui représente la valeur économique des investissements nécessaires pour compenser les dommages résultant de chaque tonne supplémentaire de CO2 émise dans l'économie. Cette mesure est un outil permettant aux décideurs politiques d’évaluer le rapport coût-efficacité des mesures d’atténuation du changement climatique. Il guide également les processus décisionnels visant à réduire les émissions de carbone.

Le carbone vaut plus que les prix actuels des quotas carbone actuellement

Les chercheurs académiques sont en accord sur le fait que les fourchettes de prix actuelles des quotas carbone ne reflètent pas suffisamment le coût nécessaire à payer pour compenser les dégâts de chaque tonne supplémentaire de CO2 émise. Diverses estimations ont été mises en avant avec des chiffres tels que 174 euros par Pindyck, 185 euros par Rennert, 325 euros par Maison Nord, et même des prix pouvant atteindre 3 000 euros par Kikstra. Les larges fourchettes de ces évaluations montrent la complexité de l’évaluation du véritable impact économique des émissions de carbone : le croisement de la science, l’environnement, l’économie et la politique rendent l’évaluation du “juste” prix du carbone une tâche difficile. Tout ce que nous savons, c’est que les prix du carbone sont voués à s’apprécier.

Start your journey
Become a carbon investor

You might also like