Return to Blog
Summary
Book a call

AGC et transition écologique : le coût du carbone et l’industrie du verre

Testimonials

Dans le premier épisode de la série d’interviews d’Homaio, AGC a partagé son histoire de décarbonation en réponse à la hausse des coûts du carbone.

AGC et transition écologique : le coût du carbone et l’industrie du verre
Return to Blog
Sommaire
Book a call

Une responsabilité d’entreprise à l’échelle européenne

Le Green Deal vise à atteindre le « zéro carbone net » d’ici 2050. D’ici là, les émissions de dioxyde de carbone dues aux activités humaines et les absorptions de ces gaz vont s’annuler mutuellement. En réponse, de plus en plus d’entreprises ont adopté ce même objectif de décarbonation. Depuis juin 2022, le nombre d’entreprises ayant cet objectif climatique de « zéro carbone net » a augmenté de 40 %, pour atteindre un total de 1 003. 66 % des revenus annuels générés par les 2 000 plus grandes entreprises mondiales relèvent désormais de l’objectif « zéro carbone net ».

L’industrie du verre, un secteur structurellement carboné

AGC est l'un des leaders mondiaux de la production de verre plat. L’entreprise se présente comme un concurrent majeur du holding français Saint Gobain. Le groupe opère dans l’un des secteurs les plus carbonés. Il est spécialisé dans la production et la distribution de verre plat principalement destiné au secteur du bâtiment. Les bâtiments sont un contributeur majeur aux émissions de CO2 en Europe, représentant 36 % de toutes les émissions liées à l'électricité (le secteur de l'électricité étant le plus polluant, responsable de 34 % de la couverture de l'EU ETS). Les 11 usines de flotteurs d’AGC en Europe fonctionnent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, car les machines complexes ne peuvent pas être allumées et éteintes à la demande. En 2022, les usines de l’entreprise sous EU ETS ont émis plus de 1,3 million de tonnes de CO2.

Homaio x AGC : traduire les politiques européennes en décarbonation réelle

Homaio est ravi de présenter une interview avec Niels Schreuder, mettant en lumière le parcours de l'entreprise vers la décarbonation.

 

Homaio : Pourquoi la décarbonisation est-elle une telle priorité ?

Niels Schreuder : Réduire les émissions de carbone est une stratégie de survie pour l'industrie européenne du verre plat dans son ensemble.

D'un point de vue réglementaire, c'est aussi simple que cela -ne pas le faire constituera une violation de la réglementation, interdisant progressivement la production de verre en Europe. Les industries qui ne se conforment pas au système d’échange de quotas d’émission (ETS) se verront retirer leurs licences d’exploitation.

En plus de cela, il existe une demande croissante de matériaux à faible teneur en carbone de nos clients et cette part de marché est très importante pour nous. La demande de produits à faible teneur en CO2 est stimulée par la pression des régulateurs. Par exemple, en France, les entreprises de construction doivent veiller à ce que les matériaux utilisés aient une faible empreinte carbone. De même, les constructeurs automobiles doivent fournir à leurs clients des rapports CO2, surveillant les émissions liées à chaque composant. Pour éviter de perdre une part de marché importante en Europe, l’industrie verrière européenne doit s’adapter à des solutions à faibles émissions de carbone.

H : Quelles sont les différentes manières de décarboner ?

NS : Nous abordons la décarbonation à travers différents prismes :

  • Matières premières: Nous voulons minimiser les émissions provenant des intrants de production. Pour fabriquer du verre, certains matériaux doivent être fondus. Nous envisageons donc des alternatives comme le verre brisé pour en produire du nouveau (recyclage), au lieu des matières premières habituelles à forte intensité de carbone.
  • La consommation d'énergie: Il n’est pas toujours facile d’utiliser les énergies renouvelables pour des installations industrielles aussi élaborées. Des panneaux solaires sont installés sur les sites de production d’AGC, mais l’énergie générée n’est pas suffisante. L'énergie éolienne est souvent confrontée à des obstacles réglementaires, les autorités locales décident de l'emplacement des usines. Même si la production d’énergies renouvelables est très renforcée, les technologies actuelles ne permettent pas de produire du verre avec de l’énergie 100% verte.
  • Transport: Par exemple, en Italie, nous sommes passés au transport avec des carburants verts.

H : Quelle est l’ampleur des dépenses liées au carbone engagées par AGC ?

NS : AGC, relevant de la couverture EU ETS, est tenue de suivre ses émissions de CO2. Pour chaque tonne de CO2 émise, elle est obligée d’acheter un quota de carbone (EUA). À la fin de chaque année, l’entreprise doit restituer un nombre équivalent d’EUA correspondant au nombre total de tonnes de CO2 produites.

AGC a des obligations de conformité carbone depuis 2005. Rien qu’en 2022, la dépense EUA s’élevait à environ 24 millions d’euros. Les bénéfices d'exploitation européens d'AGC la même année s'élevaient à 190 millions d'euros. L'entreprise a dépensé environ 13 % de son bénéfice d'exploitation pour acheter des quotas de carbone.

Dépenses carbone en proportion des bénéfices d'exploitation (2022)

Bénéfice d'exploitation de AGC

Au cours des premières années d'existence du système, une partie des allocations était accordée gratuitement par la Commission européenne. Cependant, le nombre de quotas distribués gratuitement a diminué au fil du temps. De plus, le prix des EUA a augmenté. Pourtant, les volumes de CO2 émis par AGC sont restés relativement stables. Le coût du carbone devient donc un défi financier important pour l’entreprise. Dans notre rapport ESG de septembre 2023, nous soulignons que l’augmentation des prix du carbone est le seul risque de transition à court terme à surveiller.

Dépenses d'achat d'AGC pour des quotas carbone

Les émissions de CO2 d’AGC sont relativement stables depuis 2013. Malgré l’attribution gratuite de certaines EUA, la hausse du prix du carbone se traduit par une hausse drastique des coûts de mise en conformité pour l’entreprise.

H : Ces dépenses croissantes pour le carbone constituent-elles une menace pour la compétitivité d’AGC ?

NS : Oui, ils amèneront les prix du verre européen à un niveau plus élevé que ceux des concurrents internationaux. Pour compenser les coûts de l’EUA, les entreprises européennes doivent augmenter leurs prix à la consommation. En revanche, de nombreuses entreprises productrices de verre en dehors de l’Europe opèrent sans ces contraintes. Pour rester compétitive à l’échelle mondiale, AGC doit réduire ses émissions de carbone afin de diminuer son exposition aux EUA.

H : En réponse à ces défis, vous travaillez en collaboration avec Saint Gobain sur le projet VOLTA. Elle est publiquement acclamée par la Commission européenne. Pourriez-vous nous en dire plus ?

NS : AGC et Saint-Gobain, les principaux acteurs du marché européen du verre, sont confrontés à des défis financiers liés aux coûts des quotas de carbone et aux obligations réglementaires. Nous avons lancé ensemble le projet VOLTA et la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, l’a fortement soutenu.

Son objectif est d'introduire une technologie innovante qui remodèlera l'avenir de l'industrie du verre en Europe. Le projet VOLTA fixe un objectif ambitieux de réduction de 50 à 75 % des émissions directes de CO2 liées à la production de verre. Pour l’instant, il n’est mis en œuvre que dans une usine de production lors d’une phase de test. Si tout se passe bien et que l’entreprise parvient à remplacer à l’avenir tous nos fours par cet outil innovant, les réductions d’émissions seront considérables. Si nous parvenons à réduire leurs émissions de 50 % et donc à réduire de moitié les dépenses en EUA, cela représentera des économies annuelles pouvant atteindre 12 millions d’euros. Et plus le prix des EUA augmente, plus les économies sont importantes.

Prévisions du prix du carbone jusqu'en

Le prix des EUA devrait augmenter au cours des prochaines années et décennies. Cela rend des projets comme VOLTA d’autant plus importants pour réduire l’exposition des industriels.

Sources

The European Commission, A Green Deal Industrial Plan for the Net-Zero Age.

The Net zero tracker: Half of world’s largest companies are committed to net zero.

The European Parliament, Energy performance of buildings: climate neutrality by 2050.

The European Commission, Best Available Techniques (BAT) Reference Document for the Manufacture of Glass

Start your journey
Become a carbon investor