Return to Blog
Summary
Book a call

Au-delà des perturbations de court terme : Les perspectives prometteuses à long terme du système européen d'échange de quotas d'émission

Carbon Markets: Finance

Les fondamentaux du système d'échange de quotas d'émission (SEQE) montrent des perspectives prometteuses pour les prix des quotas européens (EUA) à moyen et à long terme. La baisse actuelle est temporaire.

Au-delà des perturbations de court terme : Les perspectives prometteuses à long terme du système européen d'échange de quotas d'émission
Return to Blog
Sommaire
Book a call

La semaine dernière, j’ai pu échanger avec un représentant du gouvernement français au sujet du système d'échange de quotas d'émission de l'Union européenne (EU ETS)

  • La plupart des participants ne se concentrent actuellement que sur des facteurs de très court terme. Ils réagissent de manière excessive aux changements météorologiques et aux prix énergétiques notamment, ce qui entraîne des variations de prix des EUA de courte durée. 
  • Ces acteurs ont tendance à ignorer la structure du marché à long terme et la dynamique fondamentale de l'offre et de la demande.

Actuellement, les prix de l'Union européenne (EUA) sont en baisse en raison de ce biais à court terme. Ils ont commencé l'année à 78,02 et ont perdu près de 30 % depuis. Pourtant, les règles de marché à long terme restent inchangées - les quotas carbone sont conçus pour une appréciation des prix. C'est ce que souligne un récent rapport de la banque SEB de Stockholm, qui voit les quotas d'émission comme l'une des grandes opportunités de 2024.

Un marché miope de l'EU ETS : pourquoi les prix des quotas ont-ils chuté récemment ?

‍Une réduction de la demande de quotas d'émission de la part des entités régulées

Les acheteurs de quotas du SEQE sont ceux qui achètent des quotas en raison d'une obligation de conformité aux volumes de CO2 qu'ils émettent. Historiquement, ils ont souvent été le principal moteur de la demande, faisant grimper les prix du carbone (comme à la fin de l'année 2022 et au début de l'année 2023). À ce moment, les prix des quotas sont passés de 65,4 (septembre 2022) à près de 100 (février 2023), sous l'effet d'une telle demande de conformité. Les industriels achetaient pour se protéger de la hausse attendue des prix des quotas, car ils craignaient qu'une pénurie de quotas à l'avenir entraînerait une augmentation continue des prix du carbone. Ces entités émettaient également plus de CO2 à cette époque en raison de la production d'électricité à base de charbon : Le gaz, moins émetteur, était très cher en raison de la guerre de la Russie contre l'Ukraine. 

Les acheteurs de conformité ont réduit leur demande de quotas d'émission, ce qui a eu un impact négatif sur les prix du carbone. 

D'une part, l'activité industrielle s'est détériorée. L'indice PMI manufacturier de la zone euro, un indicateur de la production des usines européennes, a diminué - il a atteint un sommet de 63 en 2021 et se situe actuellement à 46. Les entreprises industrielles n'ont toujours pas retrouvé leur niveau d'activité habituel après le début de la guerre en Ukraine et la crise énergétique qui s'en est suivie. Les acheteurs de conformité reconsidèrent leurs stratégies financières pour tenir compte des perturbations économiques - par exemple, en novembre 2023, l'un des plus gros acheteurs de quotas d'émission, l'entreprise allemande RWE, a annoncé qu'elle suspendait ses achats systématiques de quotas d'émission de carbone

Au-delà des considérations financières, la baisse de l'activité industrielle signifie simplement que moins d'émissions de carbone sont libérées au cours des processus de production. Par conséquent, il est moins nécessaire d'acheter des quotas d'émission de carbone pour correspondre aux tonnes de CO2 produites. Par exemple, en Europe, les secteurs de production d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné étaient responsables de 207 millions de tonnes de CO2 au dernier trimestre 2021, ce chiffre passant à 127 millions au deuxième trimestre 2023 (soit une baisse de 39 % en un an et demi).

Gaz à effet de serre en Europe

Marchés du gaz et système européen d'échange de quotas d'émission - une corrélation presque parfaite

Le prix des EUA et du gaz en Europe diminuaient au même rythme à la fin de l'année 2023. Ensuite, les prix de l'EUA et du gaz ont commencé à se stabiliser au début de 2024... toujours au même rythme.

Prix des EUAs et du gaz naturel en Europe

L'une des explications de cette corrélation est le lien entre les prix du gaz et le niveau attendu de production de CO2. Pour simplifier, les producteurs d'électricité peuvent choisir entre le gaz et le charbon pour leurs activités. Le choix du gaz est une option moins intensive en carbone, ce qui implique que plus le gaz est utilisé, moins il y aura d'émissions de carbone, d'où un besoin réduit en quotas de carbone pour compenser les émissions. En revanche, l'utilisation du charbon pour la production d'électricité produit de grandes quantités de CO2, ce qui entraîne un besoin plus important d'acheter des quotas d'émission. Ainsi, lorsque les prix du gaz augmentent, les industriels choisissent d'utiliser davantage de charbon. On s'attend alors à une augmentation de la demande de quotas d'émission, ce qui entraîne une hausse des prix des quotas d'émission. 

Les prix du gaz ont baissé cet hiver. Il y a assez de gaz en Europe jusqu’à la fin de l’hiver - selon les données de Gas Infrastructure Europe (GIE), les stocks en Europe et au Royaume-Uni s'élevaient à 996 TWh à la fin de l'année 2023 - un record saisonnier, 30 % au-dessus de la moyenne décennale. 

Les prix du gaz baissent aussi en raison de la diminution de la demande d'énergie de chauffage. L'Europe du Nord-Ouest est la principale zone de consommation de gaz et a connu des températures record cet hiver - par exemple, les températures à Francfort étaient 2,3°C au-dessus de la moyenne d'octobre à décembre, cet excès étant de 1,1°C pour Londres. 

Les prix du gaz sont très dépendants des saisonnalités et des dynamiques macroéconomiques temporaires. Comme le gaz et les quotas d'émission sont corrélés, ces tendances à court terme sont également visibles à travers les prix du carbone. 

La vision à long terme du marché ETS de l'UE : rien n'a fondamentalement changé

Les deux principales réformes de l'EU ETS de ces dernières années ont été :  

  • L'introduction de la réserve de stabilité du marché (MSR), opérationnelle depuis 2019 ;
  • Le paquet climatique "Fit for 55" visant à réviser l'objectif environnemental de l'UE, proposé en 2021.

Ces deux mesures visent à rendre les objectifs climatiques européens plus ambitieux, à réduire plus rapidement l'offre d'EUA, à supprimer plus rapidement l'allocation de quotas gratuits et à améliorer l'appréciation du marché de manière plus générale. 

L'essence du SEQE n'a pas changé. Les analystes en matières premières de la Skandinaviska Enskilda Banken (SEB) déclarent que "les fondamentaux à l'horizon 2026/27 et au-delà sont donc toujours aussi solides qu'ils l'étaient auparavant, ce qui appelle à un prix minimum de  100/tonne ou plus à cet horizon". Cela implique un taux de croissance annuel moyen de plus de 13 % par rapport aux niveaux actuels. 

‍RepowerEU a temporairement augmenté l'offre dans l'EU ETS

Le MSR vise à équilibrer le marché du carbone - il veille à ce que la différence entre l'offre et la demande reste dans des fourchettes saines. Pour rappel, il ajuste automatiquement le nombre total de quotas disponibles en fonction des conditions du marché (la différence actuelle entre l'offre et la demande). Pour ce faire, la résèrve ajuste annuellement le nombre de quotas en circulation, en cas de besoin. L'"excédent de quotas" est la différence entre le nombre total de quotas sur le marché (les quotas délivrés mais non restitués) et le nombre de quotas restitués par les installations.

  • Si l'excédent est supérieur au niveau tampon du MSR de 1096 Mt, le MSR retiendra 24 % de l'excédent.
  • Si l'excédent se situe entre 1 096 et 833 millions de tonnes (le seuil supérieur), le TMS tampon entre en jeu. Le nombre de quotas placés dans le MSR correspondra à la différence entre le nombre total de quotas sur le marché et 833 millions. 
  • Si l'excédent se situe entre le seuil supérieur de 833 Mt et le seuil inférieur de 400 Mt, la RSM est mise en sourdine et il n'y a pas d'apport à la réserve.
  • Si l'excédent est inférieur au seuil inférieur de 400 Mt, la RSM libère des quotas sur le marché et 100 Mt sont mises aux enchères annuelles.

Le MSR  garantit que tout excédent du marché supérieur à 833 millions d'EUA est effacé en l'espace de 2 à 3 ans. Il existe actuellement un excédent de marché de 1,1 milliard de quotas, notamment à cause du dispositif RepowerEU. Ce document a été rédigé en réponse au début de la guerre en Ukraine et à la crise énergétique qui s'en est suivie. Les régulateurs de l'UE s'efforcent de parvenir à l'indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et allouent les fonds nécessaires pour accélérer cette transition. Dans ce contexte, la Commission européenne a modifié le calendrier de distribution des quotas de carbone. 

Comme nous l'avons vu précédemment, dans le cadre du SEQE, les régulateurs ont fixé une limite aux volumes de quotas de carbone (et de quotas d'émission de gaz à effet de serre, respectivement) qui peuvent être introduits dans le marché jusqu'en 2050. L’urgence causée par la situation géopolitique de ces deux dernières années a nécessité un changement dans le calendrier d'émission des quotas de carbone. Pour simplifier, la Commission européenne a "retiré" du budget des sommes prévues pour l'avenir et les a injectées plus tôt dans l'économie. En effet,  €20 milliards de quotas supplémentaires sont en train d'être ajoutés au marché par le biais du programme RepowerEU.

RepowerEu and carbon allowance surplus

Cet excédent sera effacé par le MSR au cours des 2 ou 3 prochaines années - la dynamique de l'offre et de la demande reviendra à la normale d'ici 2026 - 2027. Selon l'analyste en chef des produits de base du SEB, "l'offre d'EUA augmentera en 2024 et 2025. Cela aura un impact négatif sur les prix en 2023. Mais cette concentration en début de période entraînera également une baisse encore plus marquée de l'offre à partir de 2026. C'est un peu comme si l'on mettait la charrue avant les bœufs. Plus doux aujourd'hui et plus serré à l'avenir".

Le paquet "Fit for 55" a renforcé les ambitions climatiques à long terme de l'UE

La réforme réglementaire du Fit for 55 rendu l'objectif de réduction des émissions dans les secteurs couverts par le SEQE plus ambitieux:  62 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici à 2030. Pour y parvenir, les régulateurs ont accéléré le rythme de diminution de l'offre d’EUA et accéléré la suppression des quotas gratuits. Ainsi, davantage d'industries devront acheter leurs quotas, tout en étant confrontées à une diminution des volumes offerts. 

Outre l'ambition accrue en matière de réduction des émissions, de nouveaux secteurs ont été ajoutés à la couverture du SEQE : le secteur maritime fait partie du système à partir de 2024, et le secteur de l'aviation pour les vols internationaux (en dehors de l'UE) est susceptible d'être également inclus. Étant donné que de plus en plus de secteurs font partie du système, de plus en plus d'entités commencent à rechercher des quotas d'émission correspondant à leurs émissions. Le secteur maritime représentera 112 millions de tonnes de CO2 entre 2024 et 2030. 

“RepowerEU a conduit à une concentration de l’offre en début de période (2023-2024), ce qui donne au marché une certaine marge de manœuvre avant un resserrement rapide", déclare Bjarne Schieldrop.

Augmentaion des volumes d'EUA en 2024
Secteur maritime et offre d'EUAs en 2024

Le marché n'a pas encore intégré les effets structurels à long terme de l’offre aui sera réduite et d'une demande accrue dans les années à venir. Les prix chutent car les participants sont encore myopes, distraits par les tendances à court terme. Les analystes experts en carbone prévoient en moyenne que les prix de l'EUA atteindront  €70,55 d'ici la fin de l'année, soit une augmentation de 21 % par rapport au niveau actuel. La SEB prévoit actuellement  €105 pour la fin de l'année. Son analyste en chef suggère que ce niveau ne tient pas entièrement compte de la dynamique que nous venons d'évoquer - "une tarification complète du marché global de l'EU ETS se resserrant jusqu'en 2030 devrait probablement placer le prix de l'EUA en 2024 plus près de  €130/tonne".

Sources:

Carbon Pulse, 2023. RWE drops strategic hedging of lignite as green investment rush marks the end of an era

The European Commission, 2022. REPowerEU: A plan to rapidly reduce dependence on Russian fossil fuels and fast forward the green transition

The European Commission, 2023. Our ambition for 2030

Eurostat, 2023. The EU economy greenhouse gas emissions: -5.3% in Q2 2023

Reuters, 2024. Europe's gas price falls to encourage more industrial use: Kemp

Skandinaviska Enskilda Banken, 2024. Buying EUAs on the cheap will likely be one of the great opportunities of 2024

Skandinaviska Enskilda Banken, 2024. The EUA price could drop to EUR 40/ton and then be picked up by Airliners, Shipping and Utilities

Skandinaviska Enskilda Banken, 2024. The value of an EUA spot contract is at least EUR 80/ton

Trading Economics, 2024. Euro Area Manufacturing PMI

Trading Economics, 2024. EU Natural Gas TTF

Start your journey
Become a carbon investor